test
 Les luthiersLes musiciens leaders
Accueil -> News -> Interview du Titi Demeter Quartet de passage à Swing2

Interview du Titi Demeter Quartet de passage à Swing2
Interview de Mickaël Pagano

publié le 15 janvier 2007
par cristof

L’association et formation de jazz manouche Swing2 nous propose une interview, à l’occasion de la mise en place d’un concert du Titi Demeter quartet le 19 janvier 2007 à Versailles.

Mickaël PAGANO : Vous êtes connus à travers le monde bien qu'il existe très peu d'informations sur vous...
-  Titi : Stevo nous a formés, mon frère, mon cousin et moi, en tant que chrétiens, en tant que musiciens religieux. Nous avons principalement joué pour l'Église évangélique, et ça ne nous a pas vraiment laissé le temps de nous faire connaître par un autre public.
- Stevo : On a fait quelques concerts laïques, mais la plupart étaient cultuels, dans des conventions qui réunissaient 2 000 à 3 000 ou 6 000 à 7 000 chrétiens. Ça fait beaucoup de personnes, mais c'était un public spécifique. Ninine Garcia, que vous avez déjà accueilli, a lui aussi commencé en jouant pour une communauté religieuse. Mais sa famille - son père, surtout - est connue, et La Chope des Puces a pignon sur rue depuis des années : c'est là qu'on va si on veut assister à des « concerts » manouches. Tandis que pour voir des musiciens roms comme nous, il faut entrer dans une église rom : c'est là qu'on a joué pendant une quinzaine d'années ! Et puis on ne veut pas nécessairement publier l'information : on préfère les ambiances « confidentielles », quitte à rester dans l'ombre...

Et ne laisser que la jeune scène (française) faire parler d'elle ?
- Stevo : Sanseverino, Thomas Dutronc, -M-, mais aussi des films comme Swing (Tony Gatlif) ou Accords et désaccords (Woody Allen), mettent tous en lumière le jazz manouche. Nous aimons cette musique, et nous aimons tellement la jouer. Qui ne voudrait pas que tout le monde partage sa joie ?
L'engouement récent des gens me rend fier. Hier encore, je regardais un programme sur une chaîne italienne : je suis tombé sur une pub avec du jazz manouche pour bande-son ! Les annonceurs doivent trouver ça festif,gai. La musique manouche a cette spécificité : il suffit d'entendre les trois premières notes pour connaître le caractère d'une chanson. Elle parle.

Plus encore lorsqu'elle est chantée ?
- Steeve : La voix est très importante. Elle dit immédiatement qui on est : nos origines, notre culture.
- Stevo : Le manouche qui chante des mélodies très longues, pleureuses, on sait tout de suite qu'il vient de Hongrie. Même chose pour celui qui chante avec plus de swing, tendance polka : on devine qu'il a des ascendances polonaises. Quant à nous, dès le premier chant, accompagné par deux guitares et l'âme religieuse, le folklore slave et ses mélodies tsiganes russes, vous allez deviner que nos parents sont nés à Bakou en Azerbaïdjan !

Revenons à l'enthousiasme grandissant du public pour le jazz manouche. En profitez-vous ?
- Stevo : Ça nous permet d'être aujourd'hui reconnus comme de vrais
guitaristes et non plus des voleurs de poules ou d'enfants. Faire connaître notre talent, c'est casser les clichés sur les gitans. Du vivant de Django Reinhardt, les gitans étaient bien vus. Je vais oser la comparaison : il était le Michael Jackson de l'époque ! Il ne pouvait pas se déplacer sans être reconnu dans la rue. Désormais, il faut sans cesse rappeler aux gens que nous sommes des musiciens, des chanteurs, des artistes...

De quelle façon pensez-vous faire évoluer la tradition manouche ?
- Stevo : On ne se réclame pas uniquement de Django. On s'est effectivement approprié ses musiques. Mais on écoute aussi de la soul : Stevie Wonder, George Benson sont des influences certaines pour Titi. Personnellement, j'aime beaucoup les chanteurs français...
En fait, on écoute de tout. Vous seriez même étonné d'apprendre que je sais qui est et ce que fait M Pokora, non ?! Pourtant, pour faire de la musique, il faut d'abord écouter.

Que pouvez-vous révéler de votre concert à Versailles à vos futurs spectateurs ?
- Stevo : On va faire plaisir à Maxime (Lemercier, organisateur de la soirée, ndlr) : on jouera du Django ! Enfin, pas exclusivement ! On reprendra, en quartet, plusieurs standards - histoire de plaire à tout le monde -, et on inclura quelques compositions inédites des Demeter dans nos sets : notamment un morceau magnifique, digne d'une musique de film, que Steeve a écrit pour sa fille, Gina, et une bossa-nova de Titi... Un bon concert en perspective !

Interview réalisée par Mickaël PAGANO

TITI DEMETER QUARTET
en concert le 19 janvier 2007, à 20h,
à la Maison de Quartier de Porchefontaine,
86, rue Yves Le Coz 78 000 Versailles.
Tarif unique : 10 e. Renseignements auprès de Maxime Lemercier : maximeswing2 aol.com


Réagissez à cet article !

Interview du Titi Demeter Quartet de passage à Swing2 , par danl, le 15 01 2007

merçi de ce super interwiew qui laisse présager une excellente soirée avec des musiciens très interressants !!!!! mais, s’il se font rares ces Demeters, on sait qu’il y a du talent dans la famille, alors, quand on les trouve, ben on écoute et on savoure !!!!



Le(s) mot(s) clé(s) associé(s) à l'article :
  - Titi Demeter trio [ Groupe ]
  - Steeve Demeter [ Musicien ]
  - Swing2 [ Festival ]

Annonce / Publicité

Pour louer cet espace contactez nous


Les articles liés au(x) mot(s) clé(s) :
  Festival Django Reinhardt 2006 de Samois en images par cristof
Reportage photo
  Décès de Maxime Lemercier par cristof
Swing2 est orphelin
  Swing2 : des activités autour du jazz manouche par cristof
Tous les lundis soir à partir de 20h30 à Versailles



Les autres articles de la rubrique News :
  SELMER 569 : vente aux enchères à Drouot ! par cristof
VENDREDI 25 NOVEMBRE 2016 à 13 H 30 - DROUOT RICHELIEU SALLE 7
  Film sur Django : des figurants pour "Django mélodies" par cristof
  Stage de jazz manouche Espace Pré Martinet de Beauvais par cristof
Guitare, contrebasse, accordéon les 18,19 et 20 février 2016
  Nouveau rendez-vous régulier à Paris par cristof
108 café à Paris
  Stochelo Rosenberg et la B.O. du biopic à venir sur Django Reinhardt par Mitch
  Angelo Debarre chez son luthier ALD en vidéo avec Tchavolo Hassan par cristof
  Du renouveau pour les frères Ferré et Christophe Astolfi par Mitch
  Disparition de Felix Belleau par Francis Couvreux
  Reda Kateb incarnera Django Reinhardt dans le biopic sur le guitariste par cristof
  Gypsy Station : une application smartphone de playback de jazz manouche par cristof
Disponible sur le playstore