test
 Les luthiersLes musiciens leaders
Accueil -> News -> Les copains d’abord - et toujours

10,50 €


Boutique Djangostation :
Henri Crolla - Notre ami Django - Collection Jazz In Paris
Chronique
Les copains d’abord - et toujours
Notre ami Django

publié le 30 novembre 2004
par Benjamin

Emule de Django, le disciple Crolla réunit en 1958 la fine fleur du jazz parisien pour rendre un hommage au génie manouche disparu 5 ans plus tôt. Tous les musiciens présents - ou presque - ont joué et/ou enregistré avec Django. Ils lui rendent ici un brillant hommage, inscrit dans l’air de son temps - en l’occurrence un Paris très jazz des années 50 finissantes.

JPEG - 6.3 ko
Réédition Collection Jazz In Paris

Voilà un disque qui fleure bon son Saint Germain des années 60, d'un Paris So Romantic à vous faire pâmer touristes et rive-gauchards attardés au club. Une batterie balayée d'une caresse, tantôt saisie de tremblements discrets, une ligne de basse qui marche sur ses deux jambes d'un air à vous regarder crânement dans les yeux, mais avec tant d'élégance qu'on sait l'oublier quand il le faut. Le fanatique de la guitare manouche, vous savez, ce style qui n'est pas ci, ni ça, mais plutôt... enfin... non, plutôt comme çà... bon le monomaniaque en quête de définition figée d'une esthétique, a intérêt à être de bonne disposition, sinon il risque - comme moi - de passer à côté d'une merveille. Mais le mélomane et l'amoureux du jazz en particulier, se laissera aussitôt convaincre par l'échange subtil des volutes du sax et du piano, qui dominent certains titres (Anouman, Artillerie lourde). Le guitariste n'est pas en reste, notamment avec un Manoir de mes rêves, où les six cordes (électrifiées, au stimer ? - l'extrait en écoute permet à chacun de se faire son opinion) de Crolla prennent respectueusement le devant et délivrent une monumentale interprétation toute d'élégance et de retenue.

Citons encore Djangologie où quiconque connaît le Django de 1952 comprend la filiation qui unit l'Italien de naissance au Maître. Le reste n'est que fraicheur, partage d'envolées en solo ou à l'unisson d'un piano qui réussit cette gageure que d'être à la fois omniprésent et discret, de deux fidèles compagnons de route de Django, dont les styles ont évolué depuis lors : Rostaing à la clarinette et Ekyan au sax alto ; du Stéphanesque violon sur quelques titres. Le tout sur une assise rythmique à laquelle s'adjoint parfois, en volutes distillées, le vibraphone de Géo Daly. Etrange esprit d'un big band où chaque soliste a son mot à dire, chaque chorus sa marge d'autonomie et d'accompagnement, puis de relève par une formation pourtant réduite qui assure un dialogue incessant entre tous ses membres. Un disque si délicat qu'il me vient comme un arrière goût de remord à ne l'avoir pas compris dès la première écoute... Allez, somme toute, une galette qui fait évoluer une oreille, qui dérange quelques habitudes de vieux garçon (pas question, ici, de pompe ou de Selmer attaquée poigné levé), qui ressuscite une certaine idée du jazz, comme dit l'autre... Quand on sait qu'il a été réédité pour moins de 8 euros, qui plus est, on se django et on court l'acheter.

La réédition dirigée par Daniel Richard pour la série Jazz in Paris (distribuée par Universal) comporte la galette originale de 1958 ainsi que 4 pistes enregistrées en 1956.

JPEG - 5.8 ko
Version originale de 58

Notre ami Django a été enregistré en 1958 par un Henri Crolla entouré d'Emmanuel Soudieux (contrebasse), Hubert Rostaing (clarinette), André Ekyan (sax alto), Géo Daly (vibraphone), René Urtreger ou Maurice Vander qui s'alternent le piano et Pierre Lemarchand ou Al Levitt à la batterie. On a également le plaisir d'entendre le violon de Grappelli sur trois pistes. La formation semble avoir été très modulable selon les titres, les musiciens n'apparaissent pas tous systématiquement. Est-ce à dire que le disque comprenait des pistes issues de diverses séances d'enregistrement ? On pourra trouver des éléments de réponse - et d'interrogations nouvelles - dans une très belle page dédiée à Crolla du (non moins beau) site about-django.com http://www.about-django.com/contemp...

Enfin, les concepteurs de la réédition ont eu la bonne idée d'ajouter à la galette 4 titres, arrangés par Martial Solal, provenant d'un enregistrement de 1956 : Jeepers creepers, What's new, Night and day et Hallelujah dans la formation suivante : Crolla, Solal, Guérin (trompette), Soudieux et Garros (batterie).

JPEG - 26.9 ko
Réédition Collection Jazz In Paris

Morceaux  :
1. Swing 39
2. Minor swing
3. Manoir de mes rêves
4. Swing from Paris
5. Artillerie lourde
6. Nuages
7. Djangologie
8. Anouman
9. Swing 42
10. Place de Broukère
11. Jeepers creepers
12. What's new
13. Hallelujah
14. Night and Day


Pour en savoir plus :
Découvrir l’album original de 58 :


Réagissez à cet article !
Forum (0 message(s))


Le(s) mot(s) clé(s) associé(s) à l'article :
  Notre Ami Django - Notre Ami Django [ Album ]
  Surprise-Partie - Surprise-Partie [ Album ]
  Henri Crolla- Henri Crolla [ Leader ]

Annonce / Publicité

Pour louer cet espace contactez nous


Les articles liés au(x) mot(s) clé(s) :
  Les CD d’Universal en vente sur la boutique par cristof



Les autres articles de la rubrique News :
  SELMER 569 : vente aux enchères à Drouot ! par cristof
VENDREDI 25 NOVEMBRE 2016 à 13 H 30 - DROUOT RICHELIEU SALLE 7
  Film sur Django : des figurants pour "Django mélodies" par cristof
  Stage de jazz manouche Espace Pré Martinet de Beauvais par cristof
Guitare, contrebasse, accordéon les 18,19 et 20 février 2016
  Nouveau rendez-vous régulier à Paris par cristof
108 café à Paris
  Stochelo Rosenberg et la B.O. du biopic à venir sur Django Reinhardt par Mitch
  Angelo Debarre chez son luthier ALD en vidéo avec Tchavolo Hassan par cristof
  Du renouveau pour les frères Ferré et Christophe Astolfi par Mitch
  Disparition de Felix Belleau par Francis Couvreux
  Reda Kateb incarnera Django Reinhardt dans le biopic sur le guitariste par cristof
  Gypsy Station : une application smartphone de playback de jazz manouche par cristof
Disponible sur le playstore