Newsletter

Fabricants

Tchavolo Schmitt - Seven Gypsy Nights

Nouveau Cd pour un Tchavolo toujours attendu. Avec Giani Lincan au Cymbalum et Costel Nitescu au violon il choisi de grosses pointures pour l'accompagner. A la différence des autres Opus celui-ci est plus tranquille. Les intros longues, des tempi plus lents, des morceaux à la guitare seule au programme... émotion.

Plus de détails

779

2 pièces disponibles

Attention : dernières pièces disponibles !


  • Currently 5.29/10

Rating: 5.3/10 (7 votes cast)

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté :

Quel bonheur de retrouver Tchavolo sur un CD. Une main droite de bûcheron, un phrasé reconnaissable entre tous, un cœur tellement gros qu’on l’entend faire vibrer les cordes... Bref un monument de cette musique. A un moment ou la prouesse et la technique priment sur le phrasé pour la majorité des guitaristes,, Tchavolo s’est imposé uniquement par son style inimitable, brut, sans fioriture et toujours mélodique. Toujours proche de Django. Pourtant jamais il ne l’imite, ne le reprend ou le cite. La communication est ailleurs. Avec ce "Seven Gypsy Nights" il revient avec la même formation que celle du concert de la Villette en 2005 avec notamment le cymbalum virevoltant de Giani Lincan sur 5 morceaux, Mayo Hubert en rythmique (sauf le thème et le 1er solo d’"Appel Indirect"), Claudius Dupont à la contrebasse et un époustouflant Costel Nitescu.

Le CD commence par deux thèmes souvent joués par Tchavolo, donc peu de surprises pour qui le suit depuis un certain temps. C’est au troisième morceau que les nouveautés commencent avec "dans la vie" où Costel Nitescu au violon qui, souvent laissé étonnement seul par Tchavolo jusqu’à la fin du CD, prend les rênes et s’envole. Le son est précis, le phrasé impeccable. Sa maîtrise du son est impressionnante, ce qui est loin d’être courant avec cet instrument. Et tout au long du CD il va survoler son sujet. Un musicien qu’on entend trop peu souvent. Tchavolo quand à lui va nous proposer trois nouvelles compositions dont deux en guitare seule. L’émotion est assez forte sur chacun des morceaux. On a la sensation qu’à part "Swing 48" et "Undecided" les tempi ont été volontairement choisi bas, les introductions longues ou les morceaux solos comme le très beau "Tchavolo’s spleen" de Giani Linkan au cymbalun qui cloture le CD sont volontairement là pour imposer des mélodies développés. Il y a moins la joie de vivre communicative des précédents CD pour laisser place à l’émotion. Sûrement pour nous rappeler que c’est cela qui caractérise cette musique... C’est ce qui caractérise Django.

1. Twelfth year (Django Reinhardt) 4’35
2. It had to be you (Isham Jones) 4’26
3. Dans la vie (Pierre Louiguy / André Tabet) 5’29
4. But not for me (George & Ira Gershwin) 4’09
5. Julie at midnight (Tchavolo Schmitt) guitare seule 2’18
6. Lyola Bossa (Tchavolo Schmitt) 6’49
7. Swing 48 (Django Reinhardt) 5’14
8. Manoir de mes rêves (Django Reinhardt) 6’47
9. Appel Indirect (Django Reinhardt) 4’59
10. Paul at Midnight (Tchavolo Schmitt) guitare seule 4’18
11. Undecided (Charle Shavers) 4’47
12. Summertime (George Gershwin) 6’50
13. Mire Pral (Mandino Reinhardt, Tchavolo Schmitt) 3’18
14. Tchavolo’s spleen (Giani Linkan) cymabalun seul 3’37

Enregistré du 26 février au 2 mars 2007, mixé les 7 & 8 mai 2007 par Gérard de Haro, masterisé le 9 mai par Nicolas Baillard au Studio La Buissonne à Pernes-les-Fontaines

Supplément CD (sur les premiers exemplaires) : Django Reinhardt nothing but Django

JPEG - 4.3 ko
Supplément : Nothing but Django

Blues en mineur
Django’s Tiger
My serenade
Appel Indirect
Oriental Shuffle
Sweet chorus
Blues Clair
Django’s blues
Rythm futur
Vamp
Boogie woogie
Manoir de mes rêves

Le Chant Du Monde (chez Harmonia Mundi)  

Label : Le Chant Du Monde (chez Harmonia Mundi)
Ref : 274 1520
Date de sortie : 9 octobre 2007

  • Format Digipak

Aucun commentaire n'a été publié pour le moment.

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des commentaires.