Newsletter

Fabricants

Koen de Cauter - Pour un petit bonheur posthume Hommage à Brassens

Koen de Cauter n’en est pas à son premier hommage à Brassens ; au même titre que Django, Bach ou Bechet, le bon maitre fait partie de son panthéon et, dès l’époque de Waso au milieu des années 70, il ne manquait jamais de reprendre une ou deux chansons de tonton Georges...

Plus de détails

1478

3 pièces disponibles


  • Currently 3.67/10

Rating: 3.7/10 (3 votes cast)

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté :

Koen de Cauter n’en est pas à son premier hommage à Brassens ; au même titre que Django, Bach ou Bechet, le bon maitre fait partie de son panthéon et, dès l’époque de Waso au milieu des années 70, il ne manquait jamais de reprendre une ou deux chansons de tonton Georges. Signalons aussi « Koen de Cauter plays tribute to the music of Georges Brassens », Lp de 1988 réédité en CD en 97 suivi l’années suivante de l’excellent « Brassens live » chez Map records puis d’ »un p’tit coin de paradis » en 2001 avec le trio de Patrick Saussois.

On ne présente plus Koen de Cauter, musicien de jazz poly instrumentiste (guitare, sax, clarinette…) qui a apporté ses exceptionnelles qualités d’instrumentiste à de multiples formations, Waso, Romani, Les p’tits belges…des groupes remarquables dont l’audience est hélas restée confidentielle. Pour le 30ème anniversaire de sa disparition, Koen ne pouvait pas ne pas rendre hommage au moustachu ; il s’est entouré, pour ce faire, de trois de ses enfants, Myrddin, clarinette, guitare, Dajo, contrebasse et Waso, guitare, qui produit aussi le disque pour son tout jeune label Spocus. On ne doit pas s’ennuyer chez les De Cauter lors des réu nions familiales !

En 17 titres judicieusement choisis et articulés (cf en ouverture, les variations instrumentales sur le thème d’au bois de mon cœur, enchainé avec l’enterrement de Paul Fort), Koen approfondit en poète l’univers musical de Brassens, alternant chansons (le gant, poème de Sully Prud’homme retrouvé dans les papiers de Brassens qui projetait de le mettre en musique, belle dame, jolie chanson d’Henri Contet et Paul Durand, que le sétois aimait reprendre…), textes récités (A l’ombre du cœur de ma mie) et instrumentaux (cf la poésie pure de la jeanne où, sur fonds d’arpèges de guitare la sonorité du sax soprano épouse celle de l’accordéon de Rony Verbiest, invité sur 2 titres, ou mon vieux Léon que Koen interprète seul à la guitare façon classique, en improvisant sur le thème), dans des arrangements personnels à l’intelligence rare (cf l’intro de Myrddin sur le petit cheval, le bistrot uniquement soutenu par des roulements de batterie, les variations mélodiques sur le p’tit cheval, l’improvisation sur le thème de la supplique…). Si le timbre de la voix de Koen fait étrangement penser à celui de Brassens (peut-être par une sorte de mimétisme inconscient), il ne copie pas le maitre ; c’est ainsi et voilà tout ! On sent d’ailleurs dans son interprétation un respect, une admiration et une générosité immenses. Quelques amis sont venus donner le coup de main, deux chanteuses pour un Pauvre Martin chanté a capella ou Fapy Lafertin pour je m’suis fait tout petit, l’une des premières chansons de Brassens enregistrée par Waso avec Fapy, dont la guitare illumine cette nouvelle version.

Un grand poète de la chanson servi par de grands musiciens poètes, ça donne une pure jouissance musicale où tout n’est que délicatesse, intelligence et musicalité ; un disque magnifique que le sètois aurait adoré. Respect !

 

1. Ouverture (G. Brassens)
2. L’enterrement de Paul Fort (G. Brassens/K. De Cauter)
3. Je me suis fait tout petit (G. Brassens)
4. La Jeanne (G. Brassens)
5. L’ombre du cœur de mamie (G. Brassens)
6. Le bistrot (G. Brassens)
7. Le gant (S. Prud’homme/K. De Cauter)
8. Le petit cheval (P. Fort/G. Brassens)
9. La femme d’Hector (G. Brassens)
10. Colombine (P. Verlaine/G. Brassens)
11. Le progrès (G. Brassens/K. De Cauter)
12. Une jolie fleur (G. Brassens)
13. Belle dame (H. Contet/P. Durand)
14. Supplique… (G. Brassens)
15. Pauvre Martin (G. Brassens)
16. Fermeture (Georges Brassens)

BONUS TRACK :
17. Le vieux Léon (K. De Cauter based on the theme of Georges Brassens)

Enregistré en mai 2011 au Studio Arscene - Hansbeke, Belgique

Aucun commentaire n'a été publié pour le moment.

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des commentaires.