Newsletter

Fabricants

Claudio Favari Trio - Acoustic Projet Vol.1

Ce nom ne dit peut-être rien aux plus jeunes, mais ceux qui sont dans le trip swing manouche depuis 30 ans et plus, n’ont pas oublié le compagnon de route de Dorado. Nouvel album de Claudio Favari en trio dont la pochette annonce la couleur... !

Plus de détails

1493

1 pièce disponible

Attention : dernières pièces disponibles !


  • Currently 5.50/10

Rating: 5.5/10 (2 votes cast)

Ce nom ne dit peut-être rien aux plus jeunes, mais ceux qui sont dans le trip swing manouche depuis 30 ans et plus, n’ont pas oublié le compagnon de route de Dorado ; sous le nom de Claudio et Dorado, ils sortirent deux beaux albums au début des années 80, « Hommage à la Romenès » et « Notre Histoire », qu’on ferait bien de rééditer. Si Dorado a fait par la suite la carrière que l’on connait, Claudio est resté beaucoup plus discret, continuant à jouer dans sa région (la Moselle) et en Allemagne, sortant de temps à autre un petit CD autoproduit ; Mais les gazettes l’ont oublié et c’est bien dommage à l’écoute de ce nouvel opus en trio, dont la pochette annonce la couleur (ça c’est de la pompe manouche mon bon frère !).

Si par le passé on a surtout connu Claudio à la guitare électrique, il est ici à l’acoustique, comme le nom du disque l’indique, et tout aussi éblouissant. Claudio est incontestablement un musicien à la forte personnalité. Compositeur remarquable, il signe 10 titres à l’inspiration variée ; swings enlevés (Pique nique, Retour aux sources, Swing 87, For Stéphane Grappelli…), chansons nostalgiques (C’était la jeunesse), valse (cf la valse subtile qui porte bien son nom) et ballades à pleurer (cf Lune de miel qu’il avait déjà enregistré avec Dorado en 83 et que les killers de la 6 cordes feraient bien d’écouter ou le très aznavourien Peur de mourir ou d’exister qui ferait un malheur si les radios le passaient).

Question guitare, notre homme n’est pas en reste ; le phrasé léger, clair et fluide de ce grand sentimental conjugue en un judicieux équilibre swing et style à l’ancienne et accents plus modernes, un parfum inimitable dans lequel pointe une nostalgie toute ritale. Bien propulsé par ses petits camarades (Frédéric Carpino, guitare d’accompagnement et Yannick Riznar, contrebasse), ses chorus toujours remarquablement construits (cf sur September song), semblent couler tout seul tant son aisance et sa décontraction impressionnent. A signaler 3 reprises dont l’inattendu Bleu blanc blues de Nougaro, chanté par Claudio. Ce disque très convaincant, qui aurait du être signé sur un label, se termine par un magnifique exercice en solo absolu. Respect ! Quand verrons-nous le Claudio Favari trio à Paris ou mieux encore à Samois ? Il le mérite !

1. Pique-nique (C. Favari) 2’48
2. Lune de miel (C. Favari) 4’39
3. Swing 87 (C. Favari) 2’37
4. Bleu blanc blues (C. Nougaro) 2’40
5. Retour aux sources (C. Favari) 3’04
6. September song (K. Weill) 4’19
7. For Stéphane Grappelli (C. Favari) 2’42
8. C’était la jeunesse (Djiné tou kou tsiro) (C. Favari) 2’54
9. Armando’s rumba (C. Corea) 4’57
10. Valse subtile (C. Favari) 4’08
11. Alexandre swing (C. Favari) 3’04
12. Peur de mourir ou d’exister (A. Rusche/C. Favari) 3’14
13. Si je pouvais te dire (C. Favari) 2’13

Enregistré au studio YgrekR, Théding, France en juillet 2011.
Claudio et Frédéric jouent sur guitares Vladimir Muzic.

Aucun commentaire n'a été publié pour le moment.

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des commentaires.