test
 Les luthiersLes musiciens leaders
Accueil -> News -> Disparition de Léo Slab

Portrait
Disparition de Léo Slab

publié le 16 décembre 2007
par stoche

C’est avec regret que nous apprenons la disparition récente du légendaire violoniste Léo Slab.
Contemporain de Django Reinhardt et de Stéphane Grappelli, il s’illustra notamment dans la seconde moitié des années 50 aux côtés des guitaristes Joseph Reinhardt, Eugène Vées et Henri Crolla. Après une assez longue absence de la scène musicale, il avait à la fin des années 90 et a 80 ans passés reformé un quintet de jazz à la tête duquel il s’était notamment produit au festival de Samois-sur-Seine. Ses neveux Éric et Olivier Slabiak ont depuis repris brillamment le flambeau puisque ce sont les deux violonistes du groupe Les Yeux Noirs.
Nos pensées et notre sympathie vont naturellement vers la famille et les proches de Léo Slab qui restera un grand Monsieur du violon et du jazz.

JPEG - 34.6 ko
©Jazz Dixie Swing

Né au début du siècle, Léo Slabiak grandit dans une famille de musiciens où l'on joue du violoncelle, de la mandoline, de la guitare, de la contrebasse, du violon, du piano et de la balaïka... Sa mère lui impose le violon à 6 ans parce que c'est moins cher qu'un piano et "plus facile à transporter" ! Son professeur le prépare jusqu'au Conservatoire où il restera quatre ans dans les classes préparatoires (qui n'existent plus aujourd'hui).

En 1940, il arrive au concours d'entrée en Supérieur alors que la guerre est déjà déclarée. Le directeur convoque les élèves dont il connait les origines juives et leur dit : "j'ai reçu des ordres. Je vous laisse passer le concours par politesse, mais n'espérez pas obtenir aucune récompense". Leo Slab quitte le Conservatoire.

Les allemands ne sont pas encore là et Paris se met au jazz... Le Hot Club de France organise un concours d'orchestre. Léo qui cherche à s'aguerrir en matière de jazz fait la connaissance de Charles Delaunay. Le patron du HCF lui présente alors trois guitaristes manouches qui cherchent un violoniste. Parmi eux, le fameux petit Jacques_Montagne, âgé de 14 ans qui joue déjà tellement bien qu'il impressionnait, dit-on, Django lui-même ! L'orchestre marche tout de suite très bien et le Hot Club leur organise une tournée dans le midi de la France. Malheureusement, le jeune Montagne décèdera deux ans à peine après la formation du quartet. Léo Slab raconte : "A cette époque, Django venait nous écouter. Il représentait tellement pour les manouches que le petit s'arrêtait de jouer dès qu'il entrait dans la salle. Django l'a su et il revenait l'écouter en se cachant. Il était extraordinaire..". L'orchestre se dissout.

Pour que ma vie demeure (D. Reinhardt) avec le quartet d'Eugène_Vées (1956)

Léo reste en zone sud sous un faux nom pour sa sécurité et joue dans les cabarets Grands Hôtels de la Côte d'Azur. Il se débrouille comme il peut jusqu'à ce qu'on le dénonce comme juif. Il repasse la ligne de démarcation avec son ex-femme et reste deux ans dans un maquis près de Vezoul...

Après la guerre, sans son diplôme et avec les années perdues, pas facile de travailler... Décidé malgré tout à continuer le jazz, il tente bien de monter un nouveau quintet à cordes ; mais tous les guitaristes disponibles avaient peur de s'y mettre après la disparition de Django, leur maitre à tous. C'est à cette époque qu'on pourra l'entendre avec Joseph Reinhardt, Eugène Vées ou Henri Crolla... Et puis il a du se faire une raison : devant les difficultés pour jouer du jazz, il décide de retourner travailler dans les cabarets. Il y jouera tous les styles de musique, même de la musique indienne (!), avant de retourner sur le tard à ses premières amours jazzistiques... "Quand on joue du jazz, il faut complètement oublier la technique, il ne faut même pas penser qu'on joue sur un violon ! C'est ce qui me plaît... Je suis revenu à la musique manouche parce que c'est, à mon sens, la plus intéressante pour un violoniste. Et la plus difficile."

A la fin des années 90, il se produira sur la scène du festival de Samois-sur-Seine à la tête de son nouveau quintet.
Il s'éteint en décembre 2007.
A noter que ses neveux Éric et Olivier Slabiak jouent du violon dans la formation de musique tsigane et d'Europe Centrale Les Yeux Noirs.


Sources :
Interview de Léo Slab menée par Mathilde Febrer, French Guitare n° 10, oct-nov. 1998
Alain Antonietto, liner notes de Gipsy Jazz School, Iris Music, 2002
Alain Antonietto, François Billard, Django Reinhardt Rythmes Futurs, Fayard, 2004


Réagissez à cet article !

Disparition de Léo Slab , par lewkowicz robert, le 4 01 2010

leo slab etait mon cousin et il nous manque beaucoup je m appelle robert lewkowicz le 3è fils D’ARON LEWKOWICZ



Disparition de Léo Slab , le 2 11 2008

nous connaissions Léo il etait le mari de notre cousine Marguerite Margérard de Preigney en Haute Saône. Nous regrettons d’avoir perdu une personne aussi formidable.
sa famille de Scey sur Saône



Disparition de Léo Slab , par Richard, le 27 10 2008

n’ ayant pas été prévenu, j’ apprends avec tristesse et tardivement la disparition de mon grand ami Léo ; je comprends pourquoi le téléphone restait muet ;
je tenais beaucoup à le revoir...


Léo mon ami

Disparition de Léo Slab , par guignot, le 6 03 2008

A mon Ami LEO qui me manque déjà depuis son départ le 10 décembre 2007, les rencontres autour d’une table chez nos ami (es) René et Josette pérrier à entraigue ont toujours été conviviales et un peu arosé,mais juste un peu.il est souvent triste de voir son ami prendre le départ du long voyage, mais je suis rasuré de savoir que nous allons te suivre au moment qui sera.En attendant je refais le monde tout seul comme nous le schéma !!! ensemble et toujours dans la joie.Jackie et tes ami(es) qui pense à toi.


Schéma Léo

Disparition de Léo Slab , par isabelle, le 16 12 2007

Je ne connais pas ce Monsieur, mais j’aime bien le groupe "les yeux noirs"

Quand j’étudiais le yiddish, je fredonnais les chansons avec eux

Shalom Monsieur Léo SLABIAK



Disparition de Léo Slab (6 03) , par guignot

A mon Ami LEO qui me manque déjà depuis son départ le 10 décembre 2007, les rencontres autour d’une table chez nos ami (es) René et Josette pérrier à entraigue ont toujours été conviviales et un peu arosé,mais juste un peu.il est souvent triste de voir son ami prendre le départ du long voyage, mais je suis rasuré de savoir que nous allons te suivre au moment qui sera.En attendant je refais le monde tout seul comme nous le schéma !!! ensemble et toujours dans la joie.Jackie et tes ami(es) qui pense à toi.


Schéma Léo


Disparition de Léo Slab (27 10) , par Richard

n’ ayant pas été prévenu, j’ apprends avec tristesse et tardivement la disparition de mon grand ami Léo ; je comprends pourquoi le téléphone restait muet ;
je tenais beaucoup à le revoir...


Léo mon ami


Disparition de Léo Slab (2 11)

nous connaissions Léo il etait le mari de notre cousine Marguerite Margérard de Preigney en Haute Saône. Nous regrettons d’avoir perdu une personne aussi formidable.
sa famille de Scey sur Saône



Le(s) mot(s) clé(s) associé(s) à l'article :
  - Léo Slab [ Musicien ]

Annonce / Publicité

Pour louer cet espace contactez nous


Les articles liés au(x) mot(s) clé(s) :



Les autres articles de la rubrique News :
  Film sur Django : des figurants pour "Django mélodies" par cristof
  Stage de jazz manouche Espace Pré Martinet de Beauvais par cristof
Guitare, contrebasse, accordéon les 18,19 et 20 février 2016
  Nouveau rendez-vous régulier à Paris par cristof
108 café à Paris
  Stochelo Rosenberg et la B.O. du biopic à venir sur Django Reinhardt par Mitch
  Angelo Debarre chez son luthier ALD en vidéo avec Tchavolo Hassan par cristof
  Du renouveau pour les frères Ferré et Christophe Astolfi par Mitch
  Disparition de Felix Belleau par Francis Couvreux
  Reda Kateb incarnera Django Reinhardt dans le biopic sur le guitariste par cristof
  Gypsy Station : une application smartphone de playback de jazz manouche par cristof
Disponible sur le playstore
  Le site-musée virtuel Di Mauro fait peau neuve ! par Mitch
Découvrez des archives inédites grâce au travail de Dorothée Di Mauro...