test
 Les luthiersLes musiciens leaders
Accueil -> News -> Francis Alfred Moerman

In mémoriam
Francis Alfred Moerman

publié le 27 juillet 2010
par Francis Couvreux

Vaincu par la maladie, Francis Alfred Moerman nous a quittés début Juillet à l’âge de 74 ans ; A une époque où le swing manouche ou jazz gitan n’était pas médiatisé, il fut l’un des rares à défendre et à faire connaître contre vents et marées cette musique au parfum inimitable, aujourd’hui à la mode.

Né à Gand en Belgique à la veille de la seconde guerre mondiale, Francis est marqué dans son jeune âge par la tradition musicale hispano-flamande de son pays natal. A l’adolescence, il prend quelques cours avec un très bon musicien aveugle féru de solfège ; il bricole avec lui un peu de classique mais le jazz l’attire davantage. Etudiant à paris, il s’intègre au milieu des artistes gitans et manouches. Découvrant qu’il peut gagner sa vie avec le bal musette, il quitte Paris pour Poitiers où il est inscrit à la fac et joue le weekend avec l’excellent accordéoniste Henri Coutant pour financer ses études.

JPEG - 55 ko
Avec Vivian Villerstein, Sarane Ferret et Pierre Moreilhon (1963)

En 1960, il rencontre Sarane Ferret qui l’engage. « Sarane m’a très vite fait connaître ses frères, surtout Baro avec qui il était très lié. Quand Sarane finissait de bonne heure sa soirée de cabaret, il n’avait qu’une idée c’était d’aller retrouver son frère Baro à « la lanterne » où c’était la fête toute la nuit. Il y avait Montagne aussi…en fait à partir du moment où j’ai joué avec Sarane, j’ai été introduit avec tout le monde « (1). Francis symbolise toute une époque, toute une attitude, une façon de vivre la musique proche de l’esprit voyageur, côtoyant les tsiganes et apprenant à leur contact ( il joue aussi avec Sava Neagu et Lajos Kazanov).

JPEG - 43.4 ko
Avec Lajos Kazanov (1977)

Mais au milieu des années 60, le déferlement yéyé interrompt l’aventure. Francis remise sa guitare, deux ou trois ans pense-t-il alors, le temps de laisser passer le phénomène ; ça durera 15 ans ! Grâce à ses certificats de licence, Francis enseigne alors l’anglais tout d’abord à Nogent le Rotrou puis dans les Deux-Sèvres.

JPEG - 42.9 ko
Avec Matelo Ferret (1985)

A la jonction des années 70-80, il retrouve le chemin de la scène et le public, mais tout est à refaire ; les artistes qu’il côtoyait ont vieilli et il n’est plus qu’un parfait inconnu dans les cabarets parisiens. Francis fonde son propre ensemble « le trio jazz tzigane de France » avec Gilles Parodi à la guitare et Ladislas Gobert au violon, auquel succèderont Nicolas Krassik puis Jean-Christophe Rouet. Francis rencontre le guitariste Patrick Saussois qui produit son premier 33 tours, un disque qui aura une assez bonne presse ; c’est le temps des soirées tziganes et des tournées avec les JMF où Francis présente cette musique gitano-parisienne qui métisse jazz, musette et musique tzigane ; le répertoire alterne thèmes de swing, valses, pièces d’Europe centrale. Dernier héritier direct d’un style capté aux côtés des géants de la guitare tzigane, Francis le renouvelle en l’enrichissant de compositions originales conjuguant sens du thème et de la mélodie : swings endiablés comme Supercarburant, mélodies issues du folklore slave (la vieille verdine), valses (la distinguée ou la chafouine), ballades empreintes d’une certaines nostalgie (Frisson de galerne ou l’infini voyage, son thème fétiche) ; un jazz de charme empreint de lyrisme et de romantisme. Entre deux tournées en France ou à l’étranger, Francis se ressource au manoir de la Croule, une ruine qu’il a achetée du côté de Saumur, dans une région à laquelle il s’est attaché.

Au début des années 2000, en tournée avec son groupe à Oran, Francis se voit demander par la directrice du centre culturel, une idée de spectacle pour l’opéra de la ville. Un an plus tard, le guitariste y retourne avec dans ses bagages « prince et corsaire », une opérette qu’il a écrite en alexandrins, contant les péripéties du fils d’un émir, parant ce genre occidental de parures orientales ; du pur Moerman !

JPEG - 33 ko
A La Croule avec Antoine Boyer (2009)

Malade depuis quelques années, Francis ne jouait plus. Bien qu’affaibli et très fatigué, il aura eu l’immense satisfaction d’assister le 12 mai dernier au vibrant hommage que lui ont rendu Boyer père et fils lors du Gypsy festival d’Angers ; Très ému, Francis a souligné combien il était heureux que son univers musical soit perpétué par la jeunesse d’une aussi belle façon.

Personnage attachant, haut en couleurs, ce poète de la guitare aura navigué toute sa vie à contre courant des modes de tous poils, suivant son propre chemin en toute liberté. Salut l’artiste et merci !

Francis Couvreux, chroniqueur pour www.djangostation.com

JPEG - 58.6 ko
Autoportrait à La Croule

(1)article de D Le Guichaoua, « FA Moerman, pour l’amour du swing »Trad magazine


Réagissez à cet article !

Francis Alfred Moerman , par Josepe, le 2 09 2010

francis non seulement a ete mon meilleur ami dans le milieu de la musique mais il a été mon maitre a penser en train qu’etre humain.c’est tres dificile d’exprimer la peine que me produit son depart.que Dieu te garde. On se reverra plus tard pour jouer una petenera ensemble.Josepe



Francis Alfred Moerman , par Yves Lunn, le 15 08 2010

Une grand monsieur...Django est son âme ! Ce serait bien si Djangostation y allait de son petit mot d’humeur concernant la politique actuelle à l’égard des Roms ! Le jazz manouche , c’est le French Jazz aux US ! Leur culture est la notre, la politique de Sarko est une vrai honte !!!
YLB



Francis Alfred Moerman , le 30 07 2010

Excellente bio !



Francis Alfred Moerman , par danl, le 28 07 2010

Il faut souligner que Sebastien et Antoine Boyer, sur un album appellé "Esmeral’Jazz", ont réalisé un très joli travail qui rend hommage à la musique de Francis Alfred Moerman. De plus sur ce CD il y a une partie vidéo qui raconte les phases d’enregistrement qui se sont déroulées chez Francis Alfred, sous son regard complice. Ce CD est teinté d’une poésie particulièrement émouvante.



Francis Alfred Moerman (30 07)

Excellente bio !



Le(s) mot(s) clé(s) associé(s) à l'article :
  Francis-Alfred Moerman- Francis-Alfred Moerman [ Leader ]

Annonce / Publicité

Pour louer cet espace contactez nous


Les articles liés au(x) mot(s) clé(s) :
  Les Amis de Francis-Alfred Moerman par stoche
  Décès de Francis-Alfred Moerman par cristof
  14ème Festival International des Musiques Tsiganes par Francis Couvreux
Angers 12 mai 2010



Les autres articles de la rubrique News :
  Film sur Django : des figurants pour "Django mélodies" par cristof
  Stage de jazz manouche Espace Pré Martinet de Beauvais par cristof
Guitare, contrebasse, accordéon les 18,19 et 20 février 2016
  Nouveau rendez-vous régulier à Paris par cristof
108 café à Paris
  Stochelo Rosenberg et la B.O. du biopic à venir sur Django Reinhardt par Mitch
  Angelo Debarre chez son luthier ALD en vidéo avec Tchavolo Hassan par cristof
  Du renouveau pour les frères Ferré et Christophe Astolfi par Mitch
  Disparition de Felix Belleau par Francis Couvreux
  Reda Kateb incarnera Django Reinhardt dans le biopic sur le guitariste par cristof
  Gypsy Station : une application smartphone de playback de jazz manouche par cristof
Disponible sur le playstore
  Le site-musée virtuel Di Mauro fait peau neuve ! par Mitch
Découvrez des archives inédites grâce au travail de Dorothée Di Mauro...