test
 Les luthiersLes musiciens leaders
Accueil -> News -> JAZZ CLASSIQUE n° 53 : Romane

Magazine
JAZZ CLASSIQUE n° 53 : Romane
Novembre 2008

publié le 18 décembre 2008
par cristof

48 pages dédiés au jazz ça ne se rate pas, surtout si la une de ce 53 ème numéro de Jazz Classique est consacrée à Romane. 20 pages dédiées au guitariste, dont 14 pages d’interview très instructive sur la vie de Romane mais aussi sur la musique et son apprentissage, le placement rythmique... surperbe interview agrémentées de 2 partitions (sans tablatures) : "Swing for Ninine" et "Dans le regard De Laura". Bref un magazine papier qui travaille sur le fond des choses, et tant mieux.
Pour le reste des articles, chroniques de CD, DVD, annonces de concerts...

Au sommaire :
- Romane (interviewé par Guy Chauvier),
- Ambassadeurs du Lindy Hop ou comment rester jeune grâce à la danse (Par Isabelle Marquis),
- Piano Summit (par François Biensan),
- Hommage à Dave McKenna (par Louis Mazetier)...

Editorial :
Il y a une quarantaine d’années, vous auriez prédit le retour du jazz manouche sur le devant de la scène, on vous aurait pris pour un fou. C’était inconcevable. Cette musique n’avait plus qu’une existence souterraine. Elle disparaissait irrémédiablement... C’est du moins ce que tout le monde croyait. Et tout le monde se trompait !
Sans remonter aussi loin, au moment où nous sortions le premier Jazz Classique, en juin 1998, nous étions loin d’imaginer un numéro avec sept nouveautés de jazz manouche (et je n’ai pas compté les derniers Fays ou Raffalli, pas très jazz, ou peu manouche, ni, évidemment, la réédition d’un Tchavolo vieux d’à peine huit ans). Comment en est-on arrivé là ?
Il n’y eut aucun miracle mais, depuis le milieu des années 70 [1], une accumulation de circonstances favorables, la révélation de nombreux artistes.
Pour les circonstances, nous nous contenterons ici de remarquer que ces années soixante-dix furent marquées par un phénomène qui traversa de nombreux courants musicaux : le retour à la musique acoustique. Clapton, Coryell et d’autres débranchèrent leurs guitares... Cette démarche répondait à des motivations esthétiques mais il faut aussi la mettre en relation avec les mouvements sociaux et politiques de l’époque, la montée de la pensée écologiste, les aspirations régionalistes, les revendications identitaires... Tout cela préparait le terrain au jazz manouche, à l’accordéon musette, aux musiques du monde... Le crise économique fut même, peut-être, parfois, un facteur favorable à l’engagement de formations réduites, et sans piano... Enfin, et ce fut le moment où la production et la présence du jazz manouche prirent un essor spectaculaire, le cinquantième anniversaire de la disparition de Django Reinhardt, en 2003, suscita un important battage médiatique, l’organisation de nombreux concerts et la prise de conscience chez les organisateurs qu’il y avait là un potentiel public à ne pas négliger.
En ce qui concerne les artistes apparus pendant la même période, je vais me contenter de quelques noms. Deux gamins prodiges vinrent tout d’abord nous rappeler le génie du glorieux ancêtre, Django Reinhardt : Raphaël Faÿs, puis Biréli Lagrène. Le premier eut du mal à trouver un équilibre, le second fait la formidable carrière que l’on sait. Au même moment, ces mêmes amateurs prirent connaissance de l’existence d’une scène allemande à travers les enregistrements de la série Music Deutscher Zideuner [2]
Les années 80 révélèrent deux autres guitaristes qui jouent encore aujourd’hui un rôle capital. Ils ne sont pas manouches. C’est peut-être pour cela qu’ils sont entreprenants (?). Patrick Saussois aurait pu se contenter de faire chanter sa guitare ou de diriger un des ensembles les plus emblématiques du genre, Alma Sinti, mais, en novembre 1986, il créa un magazine, Jazz Swing Journal, où la guitare manouche, l’accordéon musette trouvèrent toute leur place. Dans la foulée, il fonda le label Djaz, largement ouvert à ces musiques. De son côté, Romane, en marge lui aussi d’une carrière qui ne cessa de prendre de l’ampleur, commença, dès 1982, à se soucier de transmission en écrivant une première méthode qui fut suivie par beaucoup d’autres, en donnant des cours, en créant des écoles, en organisant des stages... Des milliers d’aspirants guitaristes apprirent avec lui à faire la pompe et improviser sur les thèmes de Django. Patrick Saussois et Romane aidèrent les musiciens manouches à trouver un public en dehors de leur communauté. Deux anthologies Djaz, publiées en 1993, “Gypsy Reunion“ et “Les enfants de Django“, furent, pour beaucoup d’amateurs, la première occasion d’entendre des musiciens comme Tchavolo Schmitt ou Dorado Schmitt. En 2000, Romane permit à Tchavolo Schmitt d’enregistrer son premier disque sous son nom, “Alors ? ... Voilà !“. Deux ans plus tard, “Swing“, un film de Tony Gatlif fit franchir à Tchavolo une marche supplémentaire vers une plus large reconnaissance. Romane fut également le principal responsable de la belle carrière française d’un remarquable guitariste manouche hollandais, Stochelo Rosenberg, en l’invitant à enregistrer avec lui, le bien nommé “Elégance“ (2000)... Ce bref panorama ne prétend pas épuiser un si vaste sujet. Il faudrait notamment faire une place à Babik Reinhardt, les enregistrements qu’il fit des compositions de son père en 1974, et la musique très personnelle qu’il joua ensuite, même si sa carrière chaotique fut malheureusement discrète.
Depuis 2003, il n’est plus possible d’ignorer le jazz manouche. Sanseverino, Thomas Dutronc, lui servent de vitrine audiovisuelle. Ses meilleurs représentants sont régulièrement invités sur les scènes de la plupart des festivals, et pas seulement en France. Le plus étonnant, sans doute, fut d’assister à l’émergence d’un grand nombre de jeunes musiciens et de constater que beaucoup d’entre eux assumaient l’héritage manouche en toute liberté, sans esprit de revival : David Reinhardt, Steeve Laffont, Adrien Moignard, Yorgui Loeffler, Richard Manetti, Rocky Gresset, Chriss Campion, Noé Reinhardt, Sébastien Giniaux... Et j’en oublie.

Guy Chauvier

PNG - 33.2 ko

Pour se le procurer :
- Le magazine est disponible sur abonnement :
un an (5 numéros) : France : 20 euros - Etranger : 25 euros

- En vente pour 5 € à Paris Jazz Corner - 5 & 7 rue de Navarre - 75005 Paris / Jacques Bisceglia (bouquiniste) - Quai de la Tournelle - face au 31 - 75005 Paris.


[1Je ne considère ici que la scène française.

[2Schnuckenack Reinhardt, Hans’che Weiss, Titi Winterstein.



Pour en savoir plus :
http://jazz.classique.free.fr


Réagissez à cet article !

JAZZ CLASSIQUE n° 53 : Romane , le 19 01 2009

bonjour et on a oublié le robinson crusoé de la guitare ;un gadjo qui a enregistré un hommage a Django en.......1978 un certain laurent bajata.



Le(s) mot(s) clé(s) associé(s) à l'article :
  Romane- Romane [ Leader ]
  - Jazz Classique [ Médias ]

Annonce / Publicité

Pour louer cet espace contactez nous


Les articles liés au(x) mot(s) clé(s) :
  Swing for Ninine : réédition par Francis Couvreux
  En attendant les Tribulations de Romane et Stochelo... par stoche
Episode III
  I-Music School : des cours de guitare manouche en ligne avec Romane et Sanseverino par cristof
  Romane & Daniel-John Martin Aux Petits joueurs par cristof
  Guitarist Acoustic #7 par cristof
Romane, Tchavolo...
  Guitarist Magazine #182S par cristof
Octobre - novembre 2005
  Romane French Guitar : De l’audace, toujours de l’audace.... par stoche
  Chronique de Doudou Cuillerier sur le "New quintet du Hot Club de France" par cristof , par Philippe Doudou Cuillerier
  Guitarist Acoustic #2 par cristof
La folie du manouche



Les autres articles de la rubrique News :
  SELMER 569 : vente aux enchères à Drouot ! par cristof
VENDREDI 25 NOVEMBRE 2016 à 13 H 30 - DROUOT RICHELIEU SALLE 7
  Film sur Django : des figurants pour "Django mélodies" par cristof
  Stage de jazz manouche Espace Pré Martinet de Beauvais par cristof
Guitare, contrebasse, accordéon les 18,19 et 20 février 2016
  Nouveau rendez-vous régulier à Paris par cristof
108 café à Paris
  Stochelo Rosenberg et la B.O. du biopic à venir sur Django Reinhardt par Mitch
  Angelo Debarre chez son luthier ALD en vidéo avec Tchavolo Hassan par cristof
  Du renouveau pour les frères Ferré et Christophe Astolfi par Mitch
  Disparition de Felix Belleau par Francis Couvreux
  Reda Kateb incarnera Django Reinhardt dans le biopic sur le guitariste par cristof
  Gypsy Station : une application smartphone de playback de jazz manouche par cristof
Disponible sur le playstore