test
 Les luthiersLes musiciens leaders
Accueil -> News -> Vidéo de Maurice Ferret & Joseph Pouville - Samois 78

Vidéo de Maurice Ferret & Joseph Pouville - Samois 78

publié le 14 mai 2009
par cristof

Le festival de Samois s’approche à grand pas et pour patienter voici une vidéo de Maurice "Gros chien" Ferret et de Joseph "Babagne" Pouville de passage à Samois en 1978.

Maurice Ferret joue sur une Favino grande bouche avec Stimer et Joseph Pouville sur une Gibson ES 125 à Samois en 1978 interprétant "I Can't Give You Anything But Love".

La vidéo a été intégré au bio de Maurice Ferret et Joseph Pouville.


Réagissez à cet article !

Vidéo de Maurice Ferret & Joseph Pouville - Samois 78 , par Walter Lechner, le 31 05 2009

With great pleasure I discovered this Video on www.djangostation.com
I have actually filmed myself one night
at the Clairon but cannot find the Video.
I actually have the 2 records which were sold by Maurice and Joseph signed by both of them. What a nice time we spent there evening for evening.
Walter from Austria



Vidéo de Maurice Ferret & Joseph Pouville - Joli témignage , par cristof, le 20 05 2009

Bonjour

Merci Spatzo pour ce beau témoignage !

cristof



Vidéo de Maurice Ferret & Joseph Pouville - Samois 78 , par spatzo, le 20 05 2009

Maurice disait souvent à qui voulait l’entendre qu’il était l’un des seuls gitanes à n’avoir pas de surnom.

Peut-être ce "gros chien" ne lui plaisait tout simplement pas... Quant à Joseph, le surnom de "Babagne" ou "Bagnus" (dixit Maurice) lui venait du fait qu’étant enfant il était souvent habillé avec un costume à rayures. Un autre était appelé "Cagnotte" parce qu’il avait un jour avalé une pièce.

Ce qui est certain c’est que Maurice Ferret était un grand musicien, sa façon unique d’interpréter les thèmes et d’improviser par petites phrases qui corrigeaient et précisaient sa pensée.
Il improvisait comme il parlait c’est-à-dire d’une façon séduisante. C’était, pour le dire comme Alain Antonietto, un "charmeur". Il avait fait sienne la recommandation reçue directement de Django lui-même sur l’importance de se faire un style et lui il avait son style à lui, immédiatement reconnaissable dès la deuxième note.

Son coup de médiator sur le Stimer qui faisait résonner la reverb de son ampli Fender, fait encore écho dans ma mémoire. Ses triplets sur la même note joués par un rapide balayage de trois doigts (321) était également unique ou encore ses phrases en doubles octaves sur les cordes de mi (6ième et chanterelle). C’était comme Martial Solal un expert dans l’art de retourner la même phrase dans tous les sens en créant avec les mêmes notes des phrases toujours différentes.

Il y avait aussi chez lui une grande maîtrise dans l’art de l’appoggiature, notes glissées, répétées, vibratos, etc...

Si d’aventure Maurice était un gros chien il appartenait sans doute à la catégorie des Saint-Bernard tant son désir et sa capacité d’aider les guitaristes en herbe était effective. Beaucoup ont en fait bien vite oublié que Maurice les a si souvent invités à faire le boeuf au Clairon, ce qui, souvenons-nous, n’était pas une mince affaire.

Maurice Ferret amoureux du jazz tout comme Joseph d’ailleurs, a toujours dit qu’il faisait de la "variété". Il citait d’ailleurs volontiers cet épisode savoureux sur un concert donné en Hollande. Appelés à faire du "Jazz" il se prépare avec Joseph pendant 15 jours, assis dos-à-dos pour "ne pas se tromper" et ils arrivent au jour-dit fins prêts. Au moment de monter sur scène l’organisateur les interpelle et leur dit "J’ai une idée magnifique : alors vous entrez en scène en jouant La Foule", Maurice se tourne alors vers Joseph et lui dit : "Tu vois Joseph on va encore faire de la variété..."

A la fin de sa vie Maurice avait encore une grande envie de découvrir le Jazz, il voulait jouer beaucoup de morceaux qu’il entendait à la radio comme "Le Bateau Chinois" alias "On a Slow Boat to China" ou encore "Jordu" abandonnant volontiers "Steack Frites" alias "Take Five" à son triste sort.

Il considérait la mort à juste titre comme une injustice.



Vidéo de Maurice Ferret & Joseph Pouville - Joli témignage (20 05) , par cristof

Bonjour

Merci Spatzo pour ce beau témoignage !

cristof



Vidéo de Maurice Ferret & Joseph Pouville - Samois 78 , le 19 05 2009

Quel bonheur, quel plaisir de revoir Maurice. C’est très émouvant car à l’époque je frequentais régulièrement "Le clairon des chasseurs" place du Tertre. J’ai même pris des cours avec lui à son domicile rue Raymond Losserand. C’est dire si je suis ému de le revoir filmé dans ces années là. Merci beaucoup.
Thierry



Vidéo de Maurice Ferret & Joseph Pouville - Samois 78 (31 05) , par Walter Lechner

With great pleasure I discovered this Video on www.djangostation.com
I have actually filmed myself one night
at the Clairon but cannot find the Video.
I actually have the 2 records which were sold by Maurice and Joseph signed by both of them. What a nice time we spent there evening for evening.
Walter from Austria



Vidéo de Maurice Ferret & Joseph Pouville - Samois 78 , par cristof, le 17 05 2009

Ca c’est de l’info précise.

Merci



Vidéo de Maurice Ferret & Joseph Pouville - Samois 78 (20 05) , par spatzo

Maurice disait souvent à qui voulait l’entendre qu’il était l’un des seuls gitanes à n’avoir pas de surnom.

Peut-être ce "gros chien" ne lui plaisait tout simplement pas... Quant à Joseph, le surnom de "Babagne" ou "Bagnus" (dixit Maurice) lui venait du fait qu’étant enfant il était souvent habillé avec un costume à rayures. Un autre était appelé "Cagnotte" parce qu’il avait un jour avalé une pièce.

Ce qui est certain c’est que Maurice Ferret était un grand musicien, sa façon unique d’interpréter les thèmes et d’improviser par petites phrases qui corrigeaient et précisaient sa pensée.
Il improvisait comme il parlait c’est-à-dire d’une façon séduisante. C’était, pour le dire comme Alain Antonietto, un "charmeur". Il avait fait sienne la recommandation reçue directement de Django lui-même sur l’importance de se faire un style et lui il avait son style à lui, immédiatement reconnaissable dès la deuxième note.

Son coup de médiator sur le Stimer qui faisait résonner la reverb de son ampli Fender, fait encore écho dans ma mémoire. Ses triplets sur la même note joués par un rapide balayage de trois doigts (321) était également unique ou encore ses phrases en doubles octaves sur les cordes de mi (6ième et chanterelle). C’était comme Martial Solal un expert dans l’art de retourner la même phrase dans tous les sens en créant avec les mêmes notes des phrases toujours différentes.

Il y avait aussi chez lui une grande maîtrise dans l’art de l’appoggiature, notes glissées, répétées, vibratos, etc...

Si d’aventure Maurice était un gros chien il appartenait sans doute à la catégorie des Saint-Bernard tant son désir et sa capacité d’aider les guitaristes en herbe était effective. Beaucoup ont en fait bien vite oublié que Maurice les a si souvent invités à faire le boeuf au Clairon, ce qui, souvenons-nous, n’était pas une mince affaire.

Maurice Ferret amoureux du jazz tout comme Joseph d’ailleurs, a toujours dit qu’il faisait de la "variété". Il citait d’ailleurs volontiers cet épisode savoureux sur un concert donné en Hollande. Appelés à faire du "Jazz" il se prépare avec Joseph pendant 15 jours, assis dos-à-dos pour "ne pas se tromper" et ils arrivent au jour-dit fins prêts. Au moment de monter sur scène l’organisateur les interpelle et leur dit "J’ai une idée magnifique : alors vous entrez en scène en jouant La Foule", Maurice se tourne alors vers Joseph et lui dit : "Tu vois Joseph on va encore faire de la variété..."

A la fin de sa vie Maurice avait encore une grande envie de découvrir le Jazz, il voulait jouer beaucoup de morceaux qu’il entendait à la radio comme "Le Bateau Chinois" alias "On a Slow Boat to China" ou encore "Jordu" abandonnant volontiers "Steack Frites" alias "Take Five" à son triste sort.

Il considérait la mort à juste titre comme une injustice.



Vidéo de Maurice Ferret & Joseph Pouville - Joli témignage (20 05) , par cristof

Bonjour

Merci Spatzo pour ce beau témoignage !

cristof



Vidéo de Maurice Ferret & Joseph Pouville - Samois 78 , par JMP, le 17 05 2009

Ces images ont été tournées le dimanche 21/05/78 lors de la 3ème édition du festival de Samois/Seine qui célébrait le 25ème anniversaire de la disparition de Django. Au même programme ce jour là : Joseph Reinhardt, Hal Singer, Bill Coleman, Michel de Villers, Raphaël Faÿs, Boulou & Elios Ferré, Sugar Blue, Svend Asmussen, Alby Cullaz, Toninho Ramos, Jacques Mailhes, Chatou Garcia...Michto Samois ! JMP



Vidéo de Maurice Ferret & Joseph Pouville - Samois 78 (17 05) , par cristof

Ca c’est de l’info précise.

Merci



Vidéo de Maurice Ferret & Joseph Pouville - Samois 78 (20 05) , par spatzo

Maurice disait souvent à qui voulait l’entendre qu’il était l’un des seuls gitanes à n’avoir pas de surnom.

Peut-être ce "gros chien" ne lui plaisait tout simplement pas... Quant à Joseph, le surnom de "Babagne" ou "Bagnus" (dixit Maurice) lui venait du fait qu’étant enfant il était souvent habillé avec un costume à rayures. Un autre était appelé "Cagnotte" parce qu’il avait un jour avalé une pièce.

Ce qui est certain c’est que Maurice Ferret était un grand musicien, sa façon unique d’interpréter les thèmes et d’improviser par petites phrases qui corrigeaient et précisaient sa pensée.
Il improvisait comme il parlait c’est-à-dire d’une façon séduisante. C’était, pour le dire comme Alain Antonietto, un "charmeur". Il avait fait sienne la recommandation reçue directement de Django lui-même sur l’importance de se faire un style et lui il avait son style à lui, immédiatement reconnaissable dès la deuxième note.

Son coup de médiator sur le Stimer qui faisait résonner la reverb de son ampli Fender, fait encore écho dans ma mémoire. Ses triplets sur la même note joués par un rapide balayage de trois doigts (321) était également unique ou encore ses phrases en doubles octaves sur les cordes de mi (6ième et chanterelle). C’était comme Martial Solal un expert dans l’art de retourner la même phrase dans tous les sens en créant avec les mêmes notes des phrases toujours différentes.

Il y avait aussi chez lui une grande maîtrise dans l’art de l’appoggiature, notes glissées, répétées, vibratos, etc...

Si d’aventure Maurice était un gros chien il appartenait sans doute à la catégorie des Saint-Bernard tant son désir et sa capacité d’aider les guitaristes en herbe était effective. Beaucoup ont en fait bien vite oublié que Maurice les a si souvent invités à faire le boeuf au Clairon, ce qui, souvenons-nous, n’était pas une mince affaire.

Maurice Ferret amoureux du jazz tout comme Joseph d’ailleurs, a toujours dit qu’il faisait de la "variété". Il citait d’ailleurs volontiers cet épisode savoureux sur un concert donné en Hollande. Appelés à faire du "Jazz" il se prépare avec Joseph pendant 15 jours, assis dos-à-dos pour "ne pas se tromper" et ils arrivent au jour-dit fins prêts. Au moment de monter sur scène l’organisateur les interpelle et leur dit "J’ai une idée magnifique : alors vous entrez en scène en jouant La Foule", Maurice se tourne alors vers Joseph et lui dit : "Tu vois Joseph on va encore faire de la variété..."

A la fin de sa vie Maurice avait encore une grande envie de découvrir le Jazz, il voulait jouer beaucoup de morceaux qu’il entendait à la radio comme "Le Bateau Chinois" alias "On a Slow Boat to China" ou encore "Jordu" abandonnant volontiers "Steack Frites" alias "Take Five" à son triste sort.

Il considérait la mort à juste titre comme une injustice.



Vidéo de Maurice Ferret & Joseph Pouville - Joli témignage (20 05) , par cristof

Bonjour

Merci Spatzo pour ce beau témoignage !

cristof



Le(s) mot(s) clé(s) associé(s) à l'article :
  Maurice Ferret- Maurice Ferret [ Leader ]
  - Favino [ luthier ]
  - Joseph Pouville [ Musicien ]
  - Samois sur Seine [ Festival ]

Annonce / Publicité

Pour louer cet espace contactez nous


Les articles liés au(x) mot(s) clé(s) :
  Guitarist Acoustic #23 par stoche
Sylvain Luc, Philip Catherine, Rocky Gresset, Steeve Laffont...
  Vidéo : Biréli Lagrène, émission Le Grand Echiquier par cristof
  Acoustic Guitarist # 12 par cristof
Paco de Lucia - René & Coco Briaval - Jean-Pierre Favino
  Guitarist Acoustic #9 par cristof
Spécial Django Reinhardt
  Guitarist n°157 par cristof
Django Reinhardt, les héritiers, la story
  Maurice Ferret et Joseph Pouville - Nuages et Pennies from Heaven par cristof
1970 et 1971
  33ème festival Django Reinhardt par Francis Couvreux , par stoche
juin 2012
  Documentaire vidéo sur le jazz manouche : "Le Weekend" d’Alexander Koning par cristof
Thomas Baggerman trio et le Jazz Manouche
  Festival Django Reinhardt 2011 impressions par cristof , par Francis Couvreux
  31ème festival Django Reinhardt de Samois sur Seine par Francis Couvreux
23-27 juin 2010
  Festival Django Reinhardt de Samois 2009 en images par cristof
Photos et vidéos
  Festival Django Reinhardt 2006 de Samois en images par cristof
Reportage photo
  Décès de Frank Hagège, créateur des "Django d’or", mardi 15 Novembre 2005 par cristof
Témoignage de Jean-Baptiste Tuzet
  Samois Versus 2005 en images par cristof
Quelques photos en hommage à ce festival toujours aussi convivial
  Le festival de Samois au pied de la tour Eiffel par cristof



Les autres articles de la rubrique News :
  Film sur Django : des figurants pour "Django mélodies" par cristof
  Stage de jazz manouche Espace Pré Martinet de Beauvais par cristof
Guitare, contrebasse, accordéon les 18,19 et 20 février 2016
  Nouveau rendez-vous régulier à Paris par cristof
108 café à Paris
  Stochelo Rosenberg et la B.O. du biopic à venir sur Django Reinhardt par Mitch
  Angelo Debarre chez son luthier ALD en vidéo avec Tchavolo Hassan par cristof
  Du renouveau pour les frères Ferré et Christophe Astolfi par Mitch
  Disparition de Felix Belleau par Francis Couvreux
  Reda Kateb incarnera Django Reinhardt dans le biopic sur le guitariste par cristof
  Gypsy Station : une application smartphone de playback de jazz manouche par cristof
Disponible sur le playstore
  Le site-musée virtuel Di Mauro fait peau neuve ! par Mitch
Découvrez des archives inédites grâce au travail de Dorothée Di Mauro...